Cohorte EFAAR - Problèmes de santé chroniques chez les adultes autistes avec déficience intellectuelle

Une étude menée sur la cohorte EFAAR analyse les problèmes de santé chroniques conduisant à une mort prématurée des personnes autistes avec une déficience intellectuelle

Publié le

Modèles et sous-groupes de multimorbidité chez les adultes autistes présentant une déficience intellectuelle : résultats de l'étude EFAAR (résumé de l'article publié dans la revue Autism)

La multimorbidité désigne le fait d'avoir plusieurs problèmes de santé chroniques. Elle constitue un facteur de risque de mauvaise santé et réduit l'espérance de vie. Les personnes autistes présentent de multiples problèmes de santé chroniques et meurent prématurément, surtout si elles ont une déficience intellectuelle. Certains processus physiopathologiques observés dans le trouble du spectre autistique sont communs à ceux liés à la genèse et/ou au maintien de la multimorbidité. De plus, la multimorbidité pourrait être utile pour mieux identifier les sous-groupes de patients dans les troubles du spectre autistique. Il est donc essentiel de mieux caractériser la multimorbidité et ses conséquences dans le sous-groupe des personnes atteintes de troubles du spectre autistique + déficience intellectuelle afin de leur proposer une prise en charge personnalisée.

Nous avons mené une étude préliminaire auprès de 63 adultes atteints de troubles du spectre autistique + déficience intellectuelle afin de les classer en fonction de leur multimorbidité et de rechercher une combinaison spécifique de conditions de santé chroniques. Nous avons observé une multimorbidité élevée et précoce dans cet échantillon et avons identifié quatre classes de participants, qui se distinguent par leur statut de multimorbidité, leur autonomie et leur nombre de traitements. En outre, nous avons observé une combinaison dominante de multimorbidité dans notre échantillon, associant dysfonctionnement immunitaire, troubles gastro-intestinaux, maladies neurologiques et articulaires.

Ces résultats soutiennent l'hypothèse selon laquelle une relation intestin-cerveau altérée serait impliquée dans la physiopathologie du trouble du spectre autistique et son association avec des conditions de santé chroniques. Bien que des études plus importantes soient nécessaires, nos résultats suggèrent que des sous-groupes de personnes souffrant de troubles du spectre autistique + de déficience intellectuelle peuvent être identifiés en fonction de leur multimorbidité et de leurs trajectoires de vieillissement potentiellement différentes. Une approche plus complète et personnalisée est nécessaire pour réduire le fardeau de la multimorbidité et augmenter la qualité de vie et l'espérance de vie des personnes atteintes de troubles du spectre autistique avec ou sans déficience intellectuelle.