Projet PreTouch

1 documentPublié le

L’impact des mécanorécepteurs à seuil bas C-Tactile sur le toucher affectif et les interactions sociales chez la souris

Responsable : Uta Sailer (Université d’Oslo)

Durée du projet : 3 ans

Budget total : 1 066 624€ (dont 200 000€ pour l’équipe Bourinet à l’IGF)

Financeurs : NFR, DFG, ANR, NKFIH (HUF)

Partenaires : Uta Sailer (University of Oslo), Ilona Croy (University of Dresden), Emmanuel Bourinet (INSERM-Montpellier), Kristina Lakatos (Research Center for Natural Sciences - Budapest)

 

Résumé

L’IMPACT DES MECANORECEPTEURS À SEUIL BAS C-TACTILE SUR LE TOUCHER AFFECTIF ET LES INTERACTIONS SOCIALES CHEZ LA SOURIS

Le toucher est d’une importance capitale dans les interactions sociales et le développement précoce des mammifères. Pour le toucher que l’on qualifie d’affectif utilisé dans les soins maternels - comportement de léchage chez les souris et caresses lentes chez les humains - un type de voie neurale est particulièrement important. Cette voie commence dans les récepteurs cutanés appelés
mécanorécepteurs à bas seuil : les fibres sensorielles C-LTMR.
Le projet « PreTouch » impliquant des cliniciens à l’université d’Oslo, de Dresde et de Budapest, ainsi que l’équipe de recherche du Dr Bourinet à l’IGF intégrée au CeAND de Montpellier, vise à étudier la déficience sensorielle du toucher transmise par les C-LTMR chez les prématurés et à cartographier la fenêtre temporelle du développement des C-LTMR. Les effets de cette déficience sensorielle et des caractéristiques parentales sur l’interaction des parents avec leurs enfants seront également étudiés.
En utilisant un modèle animal grâce à des manipulations génétiques chez la souris, l’équipe du Dr Bourinet quantifiera comment l’inhibition ou l’activation sélective des C-LTMR influence les réactions de la progéniture à l’éveil et à l’interaction sociale.
Le projet pourrait donner des résultats importants pour la compréhension des déficiences sensorielles et sociales tactiles et de leur éventuelle restitution, fournissant ainsi des informations inédites sur les processus de développement sensoriel et jetant les bases d’une intervention clinique chez les enfants nés prématurément.